apero_tango_21

Miss Photos Floues toujours à l'oeuvre, pour rester inconnue...

Je suis invitée à une soirée tango. Les locaux ne s'ennuient pas une seule seconde. Astronomie, géologie, bals, banquets, courses de côte, brocantes, et maintenant, tango. Ils se dépêchent de vivre avant l'hiver, j'ai l'impression.

Dans ce village que je connais à peine, je me perds dans les ruelles. Je découvre au passage un incroyable entrelas de venelles, de traboules, de pierres nues et crues. Il me manque une robe de bure de moinesse et une épée à la ceinture, et je suis dans un film. Comment les directeurs de production ont-ils laissé échapper cet authetique morceau de Moyen-âge, encore dans son jus ?

J'arrive finalement au lieu de la fête, un caveau encore plus moyen-âgeux, où je suis accueillie par une authentique Sud-Américaine. Arrivée dans la région en tant que réfugiée politique, elle y a introduit le tango et le bandonéon dans les maïs. Derrière le bar, un bénévole alter mondialiste. Évidemment. Tout s'explique. La réfugiée et les alter mondialistes se sont trouvés, et ont créé des week-ends de tango très courus.

Des couples venus parfois de très loin s'appliquent sur la piste. Et dzoum et dzim et dzoum. Au passage, ils évitent un hublot en verre, scellé dans le sol, pour ne pas glisser. Que vois-je, par le hublot? Une oubliette souterraine, une vraie, artistiquement éclairée. Il n'y a plus d'ossements au fond. Mais où sommes-nous? C'est tout simple. La ville faisait partie de l'héritage de Louis XI, l'inventeur de "la fillette", une cage taille fillette où les opposants au régime étaient enfermés le temps de bien réfléchir. Il n'a séjourné que brièvement ici, pour prendre possession de  l'héritage de  sa mère, qui lui avait légué ce bout de France, mais il a eu le temps d'imposer son style et ses goûts aux locaux. On danse le tango dans les geôles du bon roi Louis XI.

Le tango, Louis XI, les oubliettes, la réfugiée sud-américaine et l'alter mondialiste, les coiffeurs montés de Grenoble pour s'entraîner au pas glissé, les ruelles noires à retraverser pour retrouver ma voiture...J'ai un souvenir confus et étrange de cette soirée. C'était trop. Trop de tout. Baroque.