l_affaire_des_chauve_souris1

Les chauve-souris nichent dans la fissure du mur (en haut à droite)

Quelle histoire! Je rase les murs en ville, pour un incident dont je ne suis absolument pas responsable. Je suis victime d'une coquille. La presse de province est célèbre pour cette spécialité. Cet été, c'est tombé sur moi.

Pour préparer la première quinzaine d'août, quand les bureaux du journal ferment, je dois trouver matière à remplir  mes pages locales pour deux numéros d'affilé,  imprimés en même temps. Je pars en chasse et suis assez fière de boucler mes pages en trouvant au débotté, à la terrasse d'un café, un recenseur de chauve-souris. ça existe. Les instances locale de protection de la faune et flore ont mis au point un programme de sauvegarde de la chauve-souris, espèce en voie de disparition. Les néo-ruraux n'aiment pas les chauve-souris et les massacrent à coups de balai. Le recenseur de chauve-souris parcourt les villages à la recherche de "gîtes" (c'est le nom des nids) pour les répertorier et suivre leur population au fil du temps. Voilà mon sujet central de la semaine! L'environnement, c'est intemporel. Je prend la photo du recenseur en plein travail au pied du monument local, une tour médiévale.

Entre temps, la rédaction me téléphone. La mairie a fait savoir qu'un article sur l'exposition-rétrospective du respecté peintre local (cubiste) serait le bienvenu pour relancer sa fréquentation. Je m'exécute en urgence, après avoir visité l'exposition, cise dans la tour médiévale (celle des chauve-souris), et interviewé le commissaire de l'exposition, l'association des amis du peintre, l'administratrice du lieu d'expo. Je suis très mal à l'aise avec le cubisme et les comptes-rendus artistiques en général. Pour illustrer l'article, je transmets à la rédaction, loin dans la grande ville, une reproduction d'une toile, représentant la tour médiévale en style cubiste.

Vous devinez ce qui s'est passé? Non? Les légendes des photos ont été interverties. Le tableau cubiste du peintre est sorti avec, en légende, tout un discours sur l'art de recenser les chauve-souris dans les vieilles pierres. Le regard posé sur moi par la directrice du lieu d'expo a radicalement changé. Elle a dû effacer la légende au tipex avant de photocopier l'article pour la revue de presse du député-maire. Je n'ose même pas imaginer l'opinion qu'a de moi le commissaire de l'exposition. J'ai renoncé à l'appeler pour m'excuser (de quoi?). Je rase les murs.