jacques_higelinmagid_cherfi

Pas besoin de légende

C'est mon premier festival rock en province. Et mon journal n'est pas très rock. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir écrire?  En attendant, je profite à fond de mon badge de presse. Ne prenez pas à la légère les petits festivals rock du monde rural. Ils drainent des trois-quatre milles jeunes tous les soirs. Le parking dans le champ est déjà plein de camping-cars. Le cerisier au bord du champ n'a plus une seule cerise.

L'attaché de presse, un jeune BTS Com très professionnel, me demande si je souhaite interviewer des chanteurs. Euh...Oui, d'accord. Qui est disponible? Magid Cherfi, ex de Zebda. Avec joie. Je ne sais pas comment je vais caser un interview de Magid Cherfi dans le journal, entre le challenge de rugby et les noces d'or, mais je vais essayer. Le carré presse est situé dans un préfabriqué, derrière le lycée agricole. Arrive Magid, qui s'ennuie à l'avance. Que peut-on demander à un chanteur pour le journal local? S'il connait la région? Oui, il a fait un concert il y a très longtemps au théatre municipal. La salle était pourrie, le public rare, mais il a connu un moment de grâce sur la scène, il ne sait pas pourquoi. Donc, il est content de revenir ici. J'apprends aussi qu'il a écrit un livre. Et bien sûr, nous parlons de son anti-Sarkozisme. Je ne vais pas réussir à faire passer tout ça dans le journal, je le sens d'avance.

Higelin, vedette de la soirée, n'était pas disponible, et c'est tant mieux. Qu'est-ce que j'aurais pu lui demander? S'il appréciait le petit vin local ? Le festival est très bon: toutes les têtes d'affiche que l'on voit à Paris y passent,  avant Paris. J'ai fait la connaissance de tous les localiers de la région, réunis pour l'occasion. Les seigneurs en sont l'équipe de Fr3 locale. Pour eux, on déplace des chaises, on change l'éclairage. Je me suis aussi pris d'amitié pour une très jeune reporter d'une toute petite radio des montagnes. Higelin est son idole. Elle rêve de le rencontrer.

Après le spectacle d'Higelin, j'ai attendu avec elle près des "loges", installées dans la cafeteria du lycée. Higelin, après le concert, était déchainé. On l'entendait tenir salon avec ses amis, dont un monsieur en chaise roulante. La petite reporter attendait, attendait. Finalement, Higelin est sorti de la loge, sans doute pour aller pisser. L'attaché de presse a présenté la demande d'interview de la petite reporter. "Mais j'ai rien à dire, moi" a répondu l'artiste, gentiment, avant de s'éclipser. Je le comprends. Mais j'étais triste pour la petite jeune fille, qui avait fait tant de kilomètres avec son magnétophone pour parler à son idole. Je m'en suis voulu de ne pas avoir inventé quelque chose pour accrocher Higelin.

J'avais deviné juste: le journal n'a pas voulu de l'interview de Magid. J'ai pondu un "bilan du festival" quelconque, en soulignant bien qu'il y avait pas eu de troubles, à part le pillage du cerisier et un tag sur le transformateur.